Les tourelles cuirassées


1876
Les Français ne sont évidemment pas absents dans cette évolution des cuirassements et c’est le Commandant Henri Mougin qui proposa et fit construire par la firme Chatillon et Commentry, à St Chamond, un modèle de tourelle en fonte dure pour 2 canons de 155 mm. Cette coupole était constituée de 5 voussoirs de 20 cm d’épaisseur maintenus par une calotte sphérique. Rien que cette cuirasse pesait à elle seule plus de 115 tonnes.

Un axe de pivotement de O,30 m de diamètre, 16 galets et un ingénieux système qui permettait de soulever légèrement l’ensemble faisait qu’avec un simple treuil on pouvait ainsi manoeuvrer les 150 tonnes de la tourelle. La tourelle sera finalement produite en série et équipera 25 forts Séré de Rivières (dont Villey le Sec, le Barbonnet ,etc.,).






1882
La première tourelle à éclipse de l’histoire de la fortification vit le jour cette année là (bien qu’il en soit question depuis 1873). Elle était issue des conceptions Schumann-Gruson et abritait un canon revolver rapidement abandonné au profit du canon de 57 mm à tir rapide (25 calibres, portée utile 540 m, cadence maxi : 25 coups/minute).

Le mouvement d’éclipse était obtenu à l’aide d’un contrepoids placé à l’extrémité d’un balancier. Les Allemands installèrent 8 de ces tourelles sur la Feste de Mutzig à partir de 1893, et 8 autres à partir de 1899 dans des petits ouvrages à Neuf-Brisach.

Les Belges par contre en adoptèrent 77 d’un modèle allégé dont ils dotèrent la majorité des forts des ceintures de Liège et de Namur érigées à partir de 1888. Compte tenu de leur petite taille, ces tourelles ont généralement bien résisté à l’épreuve du feu.


-Suite